Expos & musées

Arles en culture

Arles en cuulture_article

Cette  ville ne cesse d’avancer et la culture est son moteur. Rien n’y reste en friche longtemps. La réhabilitation pour de multiples activités culturelles des 11 hectares des Ateliers de la SNCF à l’entrée de la ville, haut lieu du patrimoine industriel du 19ème siècle arlésien en est la preuve.

D’abord les hangars qui servent d’immenses galeries  pour les expositions photos des Rencontres puis la réhabilitation de cette Cathédrale de la mémoire ouvrière qu’est la Grande Halle avec sa façade ouest en verre et résille métallique, et bientôt, une incroyable réalisation de l’architecte star du Guggenheim de Bilbao Frank Gehry.   

Un Rocher, tour d’aluminium froissé haute d’une soixantaine de mètres , point culminant de la rénovation du Parc des Ateliers. L’allure rocailleuse de l’édifice, tout entier dédié à la création contemporaine, s’apparente au massif des Alpilles. Une visibilité internationale pour la ville.                                        

Pendant ce temps, tranquillement et à son rythme, de l’autre côté de la ville, bordé par le Rhône, le Quartier Méjan dont l’histoire remonte à la renaissance médiévale, se peaufine. Avec l’arrivée de la maison des éditions Actes Sud et de la Fondation Van Gogh, le quartier a pris une orientation culturelle forte qui, toute l’année, fait preuve d’un formidable dynamisme.      

Mieux connaître Arles, c’est notre conseil. Et si vous devez y passer une journée, voilà ce que nous ferions à votre place  

Mauvais Genre (ÉVÈNEMENT TERMINÉ), une exposition assez exceptionnelle de photos… amateur!

Les professionnels de la photo vous embarquent dans leurs récits, ce sont des raconteurs d’histoires. Ici, les photos investissent une autre perspective sur la société, spontanément et sans le vouloir. Figés sur la pellicule dans leurs vêtements de circonstances, ces personnages nous en racontent bien plus. Le corps est avant tout un objet culturel qui reflète des valeurs et des normes. Façonné, redressé, contrôlé, discipliné par les institutions, le corps est politique.

Les identités socialement construites s’inscrivent sur le corps qui est soumis a un éternel apprentissage, une éternelle répétition des codes, et la question que pose cette exposition, avec ces hommes et ces femmes sincères et émouvants qui osent la transgression, est : est-il possible de se libérer de ces codes?

Intimes ou exubérants, les 500 clichés amateurs de la collection privée du cinéaste Sébastien Lifshitz racontent chacun à sa façon, le plaisir du travestissement, cette quête se soi dans l’autre sexe.

Cette exposition a lieu à l’Atelier des Forges dans le cadre des Rencontres de la photographie jusqu’au 25 septembre.

   

– Un lieu de détente et de découvertes : la librairie Acte Sud.

C’est à la place Nina Berberova, au bord du Rhône, dans le quartier Méjan.

Tout un complexe autour des Editions Actes Sud, l’éditeur aux trois Goncourt qui pour nous satisfaire, outre une formidable librairie dont le catalogue compte plus de 5200 titres, a créé un restaurant avec terrasse à l’abri de l’agitation, repris un cinéma d’art et d’essai et accueilli un hammam avec des formules « Détente Assurée »! Des plaisirs quasi Romains!

Partager cet article

  • Boutons réseaux sociaux

  • Newsletter

  • Player Deezer

  • Bannière rouge pompom

  • Likebox Facebook