Dedans

Histoires à géométrie variable

Contes Warja Lavater_article

Le Petit Chaperon Rouge a été publié en France pour la première fois en 1698 dans les Contes de la mère l’Oye de Charles Perrault. Conte de la tradition orale, on en retrouve des traces bien des siècles auparavant ; on peut par exemple voir la célèbre fillette encapuchonnée dans une sculpture du Palais Jacques Cœur à Bourges, construit au XVème siècle.

Si l’histoire a traversé les époques, c’est justement parce qu’il ne s’agit pas que d’une simple histoire. Nous sommes bien au-delà de la littérature infantile, mièvre et gentillette. Le Petit Chaperon Rouge, au même titre que le Petit Poucet ou la Belle au Bois Dormant, s’adressent à l’inconscient de l’enfant et participent à la construction de son identité. Les contes aident l’enfant à intégrer les notions de bien et de mal, les images symboliques le renvoient à ses propres angoisses, lui permettent d’y voir plus clair dans ses émotions. C’est l’universalité et la profondeur des symboles du conte qui font que des siècles plus tard nous continuons, et continuerons à les raconter.

Et le lecteur dans tout ça ? Oui, parlons de vous. N’en avez-vous pas marre de vous taper l’histoire de cette gamine carmin pour la cent-vingtième fois ? Et pourtant, rien ne doit transparaitre. La perception de votre tout petit en serait affectée, et son imaginaire lésé. Alors renouvelez-vous ! Réappropriez-vous l’histoire et les personnages. Voilà ce que propose l’artiste suisse Warja Lavater dans sa version du Petit Chaperon Rouge. Et sans changer l’histoire de Perrault d’un iota. Comment ? Avec une version imagée.

Les imageries de Warja Lavater sont des histoires sans texte. Une frise de plus de 4 mètres de long, qui se replie en accordéon pour former les pages d’un livre. Les personnages, les décors et les lieux sont représentés par des formes géométriques de différentes couleurs. Vous trouverez la légende en préambule : le rond rouge correspond au Petit Chaperon Rouge, le rond bleu à la Mère Grand, le rond noir au loup, les ronds verts aux arbres de la forêt… Et les tâches de couleurs sont plus ou moins grosses en fonction des évènements. Le Petit Chaperon Rouge s’enfonce dans la forêt, les ronds verts sont plus denses. Le loup se fait de plus en plus menaçant, le rond noir grossit. Mère Grand a été mangée par le loup ?… le rond bleu est dessiné à l’intérieur du rond noir. Et la peinture devient histoire.

Les imageries de Warja Lavater permettent au lecteur de devenir auteur. Elles vous offrent une plus grande latitude dans la manière de raconter l’histoire, et ainsi modifient la perception de l’enfant. Un très beau livre qui joue à l’infini sur l’imaginaire des tout petits et les invite à s’y perdre.

Les imageries de Warja Lavater sont disponibles aux éditions de la Fondation Maeght. Retrouvez également Le Petit Poucet, La Belle au Bois Dormant, Blanche Neige et Cendrillon !

 

Les imageries de Warja Lavater
Disponibles dans la boutique en ligne de la Fondation Maeght

Partager cet article

  • Boutons réseaux sociaux

  • Newsletter

  • Player Deezer

  • Bannière rouge pompom

  • Likebox Facebook