Voyager

Pas de demi-mesure

BLACK ROCK CITY, NV - SEPT 2: Like a scene from the World's Fairs of yesteryear, 2011 Burning Man participants intermingle with an oversized VW Van art car, balloon paraglider, and a thriving bicycle community. 

(Photo by Keith Carlsen For the Washington Post)

Avertissement : ceux d’entre vous qui pourraient être tentés par l’expérience Burning Man sont des gens hors du commun et nous vous admirons pour cela. Nous déclinons néanmoins toute responsabilité en cas de déshydratation, asphyxie ou hyperthermie ayant entrainé, ou pas, la mort. Si cette dernière phrase ne vous a pas fait sourire, Burning Man n’est pas pour vous. Si elle vous a fait rire, réfléchissez y à deux fois.

Car non, on ne va pas à Burning Man comme on va à n’importe quel festival. Préparer son séjour là-bas, c’est un peu comme préparer l’ascension du Mont-Blanc, sauf que la température n’est pas de -40° mais de +40°, et que les tempêtes de neige sont remplacées par des tempêtes de sable. Malgré ça, et depuis 25 ans, des dizaines de milliers de festivaliers se réunissent tous les étés dans le désert de Black Rock au Nevada.

Au début il s’agissait d’une banale fête entre amis sur une plage de San Francisco pour célébrer le solstice d’été. Un feu de joie où une effigie humaine en bois de 2 mètres de haut fut brulée : succès populaire immédiat ! La manifestation est déplacée en 1990 dans le Nevada à 150km au nord de Reno, où la ville éphémère de Black Rock City sort de terre pour l’occasion. 16 km2 en forme de C avec des rues en arc de cercles concentriques, et une immense place qui abrite en son centre la gigantesque statue de «  l’Homme qui brûle ».

Mais que se passe t-il exactement dans cet immense enclos ? Choc physique et choc culturel ! Mais c’est pour votre bien…

Avant tout il faut résister physiquement, à la chaleur, au sable, au manque d’eau, aux distances à parcourir pour passer d’un événement à un autre, à la difficulté d’assurer une hygiène minimale, et au désordre de ce qui peut apparaître comme un immense pandémonium plein de bruits et d’agitation. C’est en cela que ce festival se prépare, se prépare, et se prépare.

Culturellement, oubliez tout ! Créez, inventez, osez, improvisez. Exprimez-vous comme vous ne l’auriez peut être jamais imaginé. Il s’agit d’être de plein pied avec soi même et avec le monde, de surmonter les barrières. A Burning Man, il n’y a pas de spectateurs, que des participants. C’est une des règles fondamentales de cette expérience collective.

Chaque année un thème est choisi par les organisateurs. C’est un peu comme le thème d’une soirée déguisée à laquelle vous n’auriez jamais eu l’occasion d’aller : fertilité, l’homme vert, le rêve américain, la vie des villes… Les participants, artistes ou pas, délirent sur ce thème avec leurs moyens : tenues, musique, sculptures de bois, de plastique, de fil de fer, de papier ou de carton, customisation des vélos (qui peuvent être loués sur le site) ou de véhicules improbables. Des centaines d’œuvres dont certaines de grande envergure qui flamberont à leur tour. Donner à voir de l’art hors norme, c’est le principe du Burning Man.

Mais attention, le désordre n’est qu’apparent et des règles s’imposent pour proposer une philosophie finalement assez élaborée : inclusion solidaire, pratique du don désintéressé, affranchissement des lois du marché, autosuffisance, expression de soi, effort en commun, responsabilité civique, ne pas laisser de traces de son passage, participer, vivre le moment présent. Et tout ça de manière radicale !

Le Festival se termine en apothéose par le bûcher du Burning Man. Autour du brasier l’immense foule des Burners se recueille et tout devient respect et amour. Alors ? Le chemin en valait-il la peine ?

L’association française des French Burners vous accompagne dans ce périple. Ils vous permettront de rejoindre une communauté qui connaît parfaitement le festival, et sait comment optimiser l’expérience et en limiter les contraintes. Contactez les, et sautez !

 

Festival Burning Man
Fin août tous les ans pendant 1 semaine
Black Rock City dans le désert du Nevada

Partager cet article

  • Boutons réseaux sociaux

  • Newsletter

  • Player Deezer

  • Bannière rouge pompom

  • Likebox Facebook